風鈴 FURIN - Cloche à vent - Teru teru bozu

Notify me when this product is available:

 Taille :

env. 8 cm de haut sur 5 cm de diamètre env.
Tansatsu 14x5 cm. Longueur totale 33 cm

 

Le fūrin (風鈴) littéralement composé des kanji vent et cloche
 C'est le carillon japonais. Un objet traditionnel de décoration japonaise. Il est constitué le plus souvent d'une petite cloche qui tinte au gré du vent. Au Japon, cet objet est très fréquemment accroché au-dessus des porte-fenêtre en été. 

Le teru teru bōzu (てるてる坊主, Teru teru bōzu) est une petite poupée artisanale fabriquée avec du papier ou du tissu blanc que l'on accroche aux fenêtres des maisons avec une corde les jours de pluie au Japon en chantant une comptine traditionnelle qui tient lieu de prière. On demande à la petite poupée de chasser la pluie et de faire qu'il fasse beau le lendemain et le jour suivant. Si la poupée échoue, on la menace de perdre sa tête dans une troisième strophe maintenant oubliée le plus souvent.

À l'origine de cette comptine il y a une légende bien sûr, celle d'un moine bouddhiste (un bonze ou bôzu en japonais) qui avait promis lors d'une longue période de pluie de faire revenir le beau temps. À la suite de son échec, il aurait été décapité...

Cette sorte d'amulette est censée faire revenir le beau temps. Il arrive parfois d'en accrocher un pour s'assurer qu'il ne pleuvra pas, par exemple la veille d'un évènement. La forme des Teru teru bōzu, ressemble à de petits fantômes, avec les yeux rond ou ovales et la bouche en croix pour qu'il ne puisse pas refuser la requête ou de sourire pour qu'il vous écoute.

Il tient son nom du verbe japonais « teru » (briller) et du mot « bōzu » (le bonze). Sa popularité remonte à l'ère Edo. Il est encore très courant d'en voir au Japon.

Mise en garde : cet objet est fragile ! Objet fabriqué en Chine, mais importé du Japon.

 

Inscrivez-vous !

Sale

Unavailable

Sold Out